Conseiller principal aux droits de la personne

Suva, Fiji

Descriptif de fonctions

La Communauté du Pacifique (CPS) est la principale organisation scientifique et technique du Pacifique et appuie le développement de la région depuis 1947. Organisation internationale d’aide au développement, la CPS tient lieu de maison commune pour les 26 États et Territoires qui la composent et en assurent la gouvernance. Œuvrant pour le développement durable au bénéfice des peuples océaniens, l’Organisation intervient dans plus de 20 secteurs d’activité. Elle est renommée pour ses connaissances et sa capacité d’innovation dans des domaines tels que les sciences halieutiques, la veille sanitaire, les géosciences et la conservation des ressources phytogénétiques pour l’alimentation et l’agriculture.

L’Équipe régionale d’éducation en matière de droits de la personne (l’Équipe) a été créée en 1995 et a fait œuvre pionnière en offrant aux pays océaniens un appui au renforcement des capacités ainsi qu’un soutien scientifique, stratégique, juridique et technique dans le domaine des droits de la personne. La mission de l’Équipe est de promouvoir le respect des droits de la personne et des règles de gouvernance, au profit du développement durable et équitable de la région et de tous les Océaniens.

Fonctions – Le Conseiller principal aux droits de la personne assure les principales fonctions suivantes :

  • Gestion des projets – Gérer les projets d’intégration des questions de genre et de renforcement des capacités financés par les bailleurs (planification et suivi de la mise en œuvre des projets, résolution des problèmes et exécution du budget, vérification de la conformité des activités aux conditions énoncées dans les contrats conclus avec les bailleurs, rédaction des rapports descriptifs et financiers destinés aux bailleurs) ; rechercher auprès des bailleurs potentiels de nouveaux financements destinés aux activités de l’Équipe ; et contribuer à l’élaboration et à la planification de nouveaux programmes, ainsi qu’à l’établissement de demandes de financement.
  • Conseils techniques – Fournir aux pouvoirs publics et à la société civile des conseils et un appui techniques sur les droits de la personne, les questions de genre, la lutte contre les violences faites aux femmes et la bonne gouvernance, en accord avec les objectifs et la mission de l’Équipe ; aider les pays partenaires de l’Équipe en vue de la ratification et de la mise en œuvre, à l’échelle nationale, des traités relatifs aux droits de la personne et de l’établissement des rapports y afférents ; fournir des conseils techniques sur les législations, les politiques, les recommandations des organes conventionnels des Nations Unies en matière de droits de la personne et les recommandations issues de l’Examen périodique universel (EPU).
  • Renforcement des capacités – Définir des objectifs et des programmes de formation, en tenant compte des besoins des partenaires et des objectifs stratégiques de l’Équipe ; planifier des programmes de formation/d’encadrement/d’accompagnement aux fins de ces objectifs ; appliquer des principes et des méthodes de formation/renforcement des capacités adaptées aux adultes ; mener des activités de renforcement des capacités sur des thématiques précises et dans les domaines d’intervention prioritaires de l’Équipe, comme le genre, le handicap, les droits de l’enfant, la bonne gouvernance et les mécanismes et les organismes nationaux et régionaux de défense des droits de la personne ; entreprendre des travaux de recherche sur les grandes priorités régionales touchant aux droits de la personne, notamment le changement climatique, le handicap, les droits des communautés lesbiennes, gays, bisexuelles, transgenres, en questionnement et intersexuées, la culture et les droits fondamentaux, selon les besoins.
  • Supervision, encadrement et soutien aux agents de coordination nationaux – Contrôler les résultats des agents de coordination nationaux et leur apporter conseils, accompagnement et soutien en vue de l’élaboration et de la mise en œuvre, à l’échelon national, de programmes de formation et de stratégies sur les droits de la personne ou d’autres activités ; travailler en partenariat avec les agents de coordination nationaux et leurs responsables en vue de l’élaboration de plans de travail et de suivi-évaluation et de budgets ; encadrer et aider les agents de coordination nationaux, en œuvrant notamment au renforcement de leurs capacités dans le domaine des droits de la personne, du plaidoyer et du lobbying.
  • Réseaux et partenariats – Représenter efficacement l’Équipe auprès des instances nationales, régionales et internationales ; échanger avec les principales parties prenantes des informations sur diverses thématiques et sur la situation des droits de la personne dans les différents pays ; et établir, renforcer et appuyer les partenariats susceptibles d’aider l’Équipe à atteindre ses objectifs, tous niveaux confondus.
  • Suivi et évaluation – Endosser la responsabilité de diverses tâches, notamment la gestion des projets, l’établissement de rapports financiers et la présentation de rapports aux bailleurs ; s’assurer que les rapports descriptifs et financiers concernant les projets sont d’excellente qualité ; veiller à la bonne application des politiques définies pour les projets, en établissant des corrélations directes avec le plan stratégique de l’Équipe ; aider les membres de l’Équipe à rédiger les rapports destinés aux bailleurs de fonds et les plans et rapports relatifs aux grandes thématiques considérées ; contribuer à la conception et à la mise en œuvre de systèmes efficaces de suivi-évaluation des projets.

Pour de plus amples informations sur les principales responsabilités correspondant à ce poste, veuillez consulter le descriptif de fonctions fourni par ailleurs.

Principaux critères de sélection

  1. Qualifications
  • Diplôme de l’enseignement supérieur dans une discipline pertinente, comme le droit, le développement, les relations internationales ou les sciences sociales ou expérience professionnelle équivalente acquise au sein d’une organisation non gouvernementale, d’une organisation non gouvernementale internationale ou d’un organisme public.
  • Qualification, ou expérience équivalente, en gestion de projet.
  1. Connaissances et expérience
  • Au moins cinq années d’expérience en qualité de formateur ou de conseiller technique de haut niveau, avec spécialisation en droits de la personne.
  • Expérience de l’élaboration de programmes et de supports de formation et de renforcement des capacités sur les droits de la personne et le genre.
  • Parfaite compréhension des principes, des normes, des mécanismes et des instruments nationaux, régionaux et internationaux relatifs aux droits de la personne.
  • Expérience avérée de la communication avec les bailleurs de fonds, les services publics et les organisations de la société civile.
  • Expérience et compréhension des enjeux liés aux droits de la personne, à la bonne gouvernance et au développement dans le contexte océanien.
  • Expérience avérée des relations avec les bailleurs de fonds et de la rédaction de demandes de financement et de rapports.
  • Compréhension et connaissance des valeurs culturelles océaniennes.
  • Expérience du plaidoyer et du lobbying au service du changement social.
  • Solide expérience de la gestion du cycle de projet, depuis la conception jusqu’à l’évaluation.
  1. Compétences essentielles
  • Expérience de la planification stratégique.
  • Sens aigu de la gestion des ressources humaines et aptitude à encadrer des équipes et à renforcer leurs capacités.
  • Compétences en matière de gestion de projet et d’organisation ; aptitude à fixer des priorités et à respecter les délais et les objectifs des projets.
  • Maîtrise des outils informatiques de la suite Microsoft Office.
  1. Compétences linguistiques
  • Excellente maîtrise de l’anglais oral et écrit, une connaissance pratique du français étant considérée comme un atout supplémentaire.
  1. Compétences interpersonnelles et sensibilité culturelle
  • Solides qualités relationnelles.
  • Bon esprit d’équipe et aptitude à tisser des relations et à travailler efficacement dans un environnement multiculturel et respectueux des sexospécificités.
  • Sensibilité à la diversité culturelle et connaissance avérée des pays en développement.
  • La connaissance des États et Territoires insulaires océaniens constitue un atout.

Traitement et conditions d’emploi

Durée du contrat – Le candidat retenu sera engagé pour une durée de deux ans, et son contrat pourra éventuellement être prolongé en fonction de ses résultats et des financements disponibles.

Traitement – Le poste de Conseiller principal aux droits de la personne se situe dans la classe 11 du barème 2017 des traitements de la CPS, ce qui correspond à un traitement mensuel de départ de 2 884 à 3 605 DTS (droits de tirage spéciaux), soit entre 8 422 et 10 527 dollars fidjiens (4 009 à 5 011 dollars É.-U. ; 3 647 à 4 558 euros). Le montant du traitement proposé à l’entrée en fonction se situe en principe dans la moitié inférieure de cette fourchette, mais il sera tenu compte des qualifications et de l’expérience du candidat. L’ascension au sein de la fourchette salariale dépend ensuite de l’évaluation des résultats annuels. Les agents expatriés de la CPS en poste aux Fidji ne sont pas assujettis à l’impôt sur le revenu. En revanche, les nationaux fidjiens employés par la CPS aux Fidji en sont redevables.

Avantages dont bénéficie le personnel international en poste aux FIDJI – La CPS verse une indemnité mensuelle de logement, d’un montant compris entre 1 170 et 2 625 dollars fidjiens. Pour autant qu’ils remplissent les conditions requises, les agents et les membres de leur famille qui sont à leur charge peuvent prétendre à une indemnité d’installation et de réinstallation, à la prise en charge de leurs frais de déménagement et de leurs voyages en avion, à un congé dans les foyers, à une assurance maladie, à une assurance vie et à une indemnité pour frais d’études. Les agents bénéficient de 25 jours de congé annuel et de 30 jours de congé maladie par an et peuvent adhérer à la Caisse de prévoyance de la CPS (moyennant une cotisation équivalant à 8 % du traitement brut, la CPS versant une contribution correspondante).

Langues – Les langues de travail officielles de la CPS sont l’anglais et le français.

La CPS respecte le principe de l’égalité des chances. Le recrutement du personnel de la CPS se fonde entièrement sur le mérite. Toutefois, si le comité de sélection estime que deux candidats présélectionnés présentent les mêmes qualifications, la préférence est donnée à un ressortissant d’un État ou Territoire insulaire océanien.

Modalités de candidature 

Les candidats doivent postuler en ligne sur le site suivant : http://careers.spc.int/

Date butoir – 20 février 2019

Les candidatures sur papier ne seront pas recevables.

Seuls les dossiers de candidature complets seront pris en considération.

Chaque dossier doit contenir :

  • un curriculum vitæ à jour ;
  • les coordonnées de trois répondants ;
  • une lettre d’accompagnement exposant les motivations, les compétences et l’expérience du candidat ; et
  • les réponses du candidat à l’ensemble des questions de présélection.

Toutes les pièces du dossier doivent être jointes au format Microsoft Word ou Adobe PDF.

S’agissant du personnel international en poste aux Fidji, on notera qu’un seul ressortissant étranger (par famille) peut être employé par une entité exerçant ses activités aux Fidji. La Communauté du Pacifique n’est donc pas en mesure d’autoriser l’emploi des conjoints.

Des questions de présélection sont prévues pour l’ensemble des postes à recrutement international à la CPS. Veillez à répondre à toutes les questions de présélection. À défaut, votre candidature sera jugée incomplète et ne sera pas prise en compte lors de l’étape de présélection.

Questions de présélection :

  1. Êtes-vous titulaire d’un diplôme de l’enseignement supérieur ?
  2. Veuillez décrire un programme financé par des bailleurs de fonds dont vous avez assuré la gestion. Indiquez quelques-unes des difficultés que vous avez rencontrées et expliquez comment vous les avez surmontées.
  3. Selon vous, quels sont les enjeux prioritaires propres à l’Océanie en matière de droits de la personne ? Veuillez justifier votre réponse.
  4. Préparez le plan d’une séance d’information de quinze minutes sur les mesures temporaires spéciales, à l’intention des parlementaires d’un pays insulaire océanien.

JD Senior Human Rights Advisor.docx

Type: Contract - International

Catégorie: Human Rights

Identifiant de référence: CB000090

Date d'affichage: 02/04/2019