Chercheur·se postdoctoral·e (modélisation des écosystèmes marins)

Nouméa, Nouvelle-Calédonie

  • Un poste basé à Nouméa
  • Des conditions d’emploi attrayantes pour les agents expatriés
  • Un poste au sein de la principale organisation d’aide au développement de la région

 

Descriptif de fonctions

La Communauté du Pacifique (CPS), principale organisation scientifique et technique du Pacifique, appuie le développement de la région depuis 1947. Organisation internationale de développement, la CPS tient lieu de maison commune pour les 27 États et Territoires qui la composent et en assurent la gouvernance. Œuvrant pour le développement durable au bénéfice des populations d’Océanie, l’Organisation intervient dans plus de 25 secteurs d’activité. La CPS est renommée pour ses connaissances et sa capacité d’innovation dans des domaines tels que les sciences halieutiques, la surveillance de la santé publique, les géosciences et la conservation des ressources phytogénétiques pour l’alimentation et l’agriculture.

La Division pêche, aquaculture et écosystèmes marins (FAME) comprend le Programme pêche hauturière (OFP) et le Programme pêches côtières et aquaculture (CFAP). Le but du Programme pêche hauturière est de faire en sorte que les pêcheries exploitant les ressources en thonidés, poissons à rostre et espèces associées de la région soient gérées dans un souci de durabilité économique et écologique, sur la base des meilleures informations scientifiques disponibles. Le Programme pêche hauturière apporte à cette fin un appui scientifique à la gestion des pêcheries ciblant les thonidés et les espèces associées, ses activités étant principalement axées sur l’évaluation et la modélisation des stocks, l’analyse et le suivi des pêcheries et de l’écosystème, ainsi que sur la gestion des données. Il travaille en étroite collaboration avec les États et Territoires membres de la CPS, ainsi qu’avec la Commission des pêches du Pacifique occidental et central (WCPFC), l’Agence des pêches du Forum (FFA), les Parties à l’Accord de Nauru et d’autres organismes régionaux et sous-régionaux.

Fonctions – Le·La Chercheur·se postdoctoral·e (modélisation des écosystèmes marins) est chargé·e de mettre en œuvre un programme de travail afin de contribuer à l’élaboration et à l’application de modèles de dynamique des populations dans les pêcheries et les écosystèmes pour la pêche thonière dans la région du Pacifique occidental et central. Les activités de la personne titulaire du poste seront fortement axées sur la prévision des effets du changement climatique sur les populations de thonidés sur une échelle de temps saisonnière, décennale ou plus longue afin de contribuer à l’élaboration de systèmes d’alerte précoce et d’évaluer les solutions d’adaptation atténuant les effets néfastes du changement climatique sur les pêcheries.

 

Les principales responsabilités du poste sont les suivantes :

Gestion et élaboration de code

  • Utiliser les modèles numériques existants et contribuer à l’élaboration de ceux-ci.
  • Appliquer les bonnes pratiques en matière d’élaboration de code et de contrôle de version.
  • Contribuer à l’élaboration de diagnostics visant à évaluer la performance du modèle.

Application du modèle SEAPODYM et de modèles similaires

  • Préparer les données d’entrée : forçage océanographique et données nécessaires pour étayer les processus dynamiques du modèle et estimer les paramètres de celui-ci.
  • Concevoir et mener à bien l’estimation des paramètres, effectuer une analyse des erreurs du modèle et valider le modèle en vue de mettre à jour les modèles de référence SEAPODYM.
  • Contribuer à l’élaboration continue de procédures de diagnostic et d’analyse, telles que l’analyse de sensibilité, le profil de vraisemblance, entre autres.
  • Réaliser des évaluations des effets des régimes climatiques actuels et futurs sur les dynamiques des populations de thonidés dans le Pacifique.

Fourniture de conseils techniques

  • Participer à des conférences internationales et des réunions portant sur la modélisation des écosystèmes océaniques, le changement climatique océanique et le suivi de l’écosystème.
  • Diriger des rapports et des publications, ou contribuer à ces derniers.

Renforcement des capacités

  • Participer et contribuer à des ateliers et des formations visant à renforcer les capacités des institutions nationales et régionales en matière d’application des modèles climatiques afin d’évaluer les effets du changement climatique sur les écosystèmes et la pêche thonière du Pacifique occidental et central.

Pour de plus amples informations sur les principales responsabilités du poste, veuillez consulter le descriptif de fonctions en ligne.

 

Principaux critères de sélection

Qualifications

  • Doctorat en mathématiques appliquées, écologie mathématique ou dans un domaine apparenté en lien avec la modélisation et l’analyse numérique.

Compétences techniques

  • Jusqu’à trois ans d’expérience après l’obtention du doctorat.
  • Connaissance et compréhension d’équations différentielles partielles, ainsi que des solutions analytiques et numériques de celles-ci.
  • Connaissance et expérience pratique en matière de résolution de problèmes d’optimisation.
  • Connaissance des méthodes statistiques pour l’intégration et l’analyse de données.
  • Connaissance d’un ou de plusieurs langages de programmation appliqués aux problèmes numériques.
  • Expérience de la programmation en R, Python ou un langage évolué similaire pour la manipulation de gros volumes de données.
  • Environnement informatique Linux.

Compétences linguistiques

  • Capacité à rédiger des articles scientifiques en anglais.

Compétences interpersonnelles et sensibilité culturelle

  • Capacité avérée de superviser les tâches d’une équipe interdisciplinaire et/ou multiculturelle.
  • La connaissance des États et Territoires insulaires océaniens constitue un atout.

 

Traitement et conditions d’emploi

Durée du contrat – Ce poste est à pourvoir pour une durée initiale de trois ans ; le premier contrat pourra être renouvelé en fonction des résultats obtenus et de la continuité du financement.

Traitement – Le poste de Chercheur·se postdoctoral·e (modélisation des écosystèmes marins) se situe dans la classe 10 du barème 2023 des traitements de la CPS, ce qui correspond à un traitement mensuel de départ de 3 568 à 4 364 DTS (droits de tirage spéciaux), soit approximativement entre 540 472 et 660 991 CFP (4 781 à 5 847 dollars É.-U. ; 4 529 à 5 539 euros). Le montant du traitement proposé à l’entrée en fonctions se situe en principe dans la moitié inférieure de cette fourchette, les qualifications et l’expérience étant dûment prises en compte. La progression au sein de la fourchette salariale dépend ensuite de l’évaluation des résultats annuels. Pour l’heure, les agents de la CPS en poste en Nouvelle-Calédonie ne sont pas assujettis à l’impôt sur le revenu.

Avantages dont bénéficie le personnel international en poste en Nouvelle-Calédonie – La CPS fournit des logements subventionnés à Nouméa. Pour autant qu’ils remplissent les conditions requises, les agents et les membres de leur famille qui sont à leur charge peuvent prétendre à une indemnité d’installation et de réinstallation, à la prise en charge de leurs frais de déménagement et de leurs voyages en avion, à un voyage pour congé dans les foyers, à une assurance maladie, à une assurance vie et invalidité et à une indemnité pour frais d’études. Les agents bénéficient de 25 jours de congé annuel par an et d’autres types de congés, et peuvent adhérer à la Caisse de prévoyance de la CPS (moyennant une cotisation équivalant à 8 % du traitement brut, la CPS versant une contribution correspondante).

Langues – Les langues de travail officielles de la CPS sont l’anglais et le français.

Principes applicables au recrutement – Le recrutement au sein de la CPS est fondé sur le mérite et l’équité, et les candidatures font l’objet d’un processus de sélection équitable, transparent et non discriminatoire. La CPS respecte le principe de l’égalité des chances et défend la diversité de genre et la diversité culturelle, dont le bilinguisme. Elle s’emploie à attirer et à recruter des personnes respectueuses de ces valeurs. Il est dûment tenu compte des principes d’équité de genre et de la volonté de maintenir une forte représentation d’Océaniens et d’Océaniennes parmi les cadres professionnels. Si le comité de sélection estime, après entretien, ne pas pouvoir départager deux candidatures, la préférence est donnée à un·e Océanien·ne. La confidentialité totale des candidatures est garantie conformément aux dispositions de la Politique de protection des renseignements personnels de la CPS.

 

Modalités de candidature

Date limite de dépôt des candidatures : 2 avril 2023 – 23 h 00 (heure de Nouméa)

Référence du poste : SH000276

 

Les candidatures doivent être déposées en ligne sur le site suivant : http://fr.careers.spc.int/

Les candidatures papier ne seront pas acceptées.

Seuls les dossiers de candidature complets seront pris en considération. Chaque dossier doit contenir :

  • un curriculum vitæ à jour, dans lequel figureront les coordonnées de trois références professionnelles ;
  • une lettre d’accompagnement exposant les compétences, l’expérience et les motivations ; et
  • les réponses à l’ensemble des questions de présélection.

Si vous ne fournissez pas tous les documents précités, votre candidature sera jugée incomplète et ne sera pas prise en compte lors de l’étape de présélection. Il n’est pas nécessaire de joindre aux dossiers de candidature des copies de diplômes ou de lettres de recommandation.

Toutes les pièces du dossier doivent être jointes au format Microsoft Word ou Adobe PDF.

La CPS ne fait pas payer l’examen des dossiers de candidature et ne vous demandera jamais vos coordonnées bancaires ou des informations de nature financière dans le cadre de sa procédure de recrutement.

 

Questions de présélection (maximum 2 000 caractères par question) :

  1. Décrivez brièvement en quoi comprendre l’impact climatique sur le secteur océanien des pêches est important pour les pays de la région.
  2. Décrivez brièvement les principales différences entre les projections et les prévisions dans le domaine de la modélisation des écosystèmes marins.
  3. Décrivez brièvement les processus biologiques et environnementaux qui sont susceptibles d’influer sur la répartition spatiale des thons tropicaux et des espèces associées. Quels types de données et méthodes statistiques de modélisation de ces données considéreriez-vous comme des moyens potentiels d’évaluer les relations fonctionnelles entre le mouvement et la répartition des thonidés d’une part et leur environnement d’autre part ?

JDFAMEPostdoctoralResearcher-F1677580609.pdf


Type: Contrat international

Catégorie: Pêches - Aquaculture et Ecosystèmes Marins

Identifiant de référence: SH000276

Date d'affichage: 02/28/2023