• Un poste basé à Suva (Fidji)
  • Des conditions d’emploi attrayantes pour les agents expatriés
  • Un poste au sein de la principale organisation de développement de la région océanienne

 

Descriptif de fonctions

 

La Communauté du Pacifique (CPS), principale organisation scientifique et technique du Pacifique, appuie le développement de la région depuis 1947. Organisation internationale de développement, la CPS tient lieu de maison commune aux 27 États et Territoires qui la composent et en assurent la gouvernance. Œuvrant pour le développement durable au bénéfice des populations d’Océanie, l’Organisation intervient dans plus de 25 secteurs d’activité. La CPS est renommée pour ses connaissances et sa capacité d’innovation dans des domaines tels que les sciences halieutiques, la santé publique, les géosciences et la conservation des ressources phytogénétiques pour l’alimentation et l’agriculture.

 

La vision de la Division droits de la personne et développement social (HRSD) est celle de sociétés océaniennes justes, équitables et résilientes. La Division s’emploie à la concrétiser en œuvrant à la promotion des droits de la personne, de l’égalité et de l’inclusion sociale pour l’ensemble des Océaniens et des Océaniennes, et en prenant appui sur des valeurs et des principes culturels. La mission de la Division recouvre les activités menées par l’ancienne Équipe régionale d’éducation en matière de droits de la personne (RTTT) dans le domaine des droits de la personne et par l’ancien Département développement social dans les domaines de l’égalité de genre, de l’inclusion sociale, de la culture et de l’épanouissement de la jeunesse.

 

Conformément à sa vision, la Division axe ses activités sur les principaux domaines suivants :

  • Objectif 1 : Les institutions océaniennes sont solides, elles travaillent en toute transparence et elles œuvrent activement à la défense et à la promotion des droits de la personne, ainsi qu’à la mise en œuvre d’un développement inclusif, sensible à la dimension de genre et respectueux des cultures.
  • Objectif 2 : La société civile océanienne comprend ses droits et est capable de les défendre, ainsi que de promouvoir les valeurs culturelles.
  • Objectif 3 : La culture océanienne est protégée, préservée et promue, et des savoirs et systèmes appropriés et pertinents au regard du contexte culturel sont intégrés dans l’ensemble des activités.
  • Objectif 4 : Tous les programmes et activités de la CPS s’insèrent dans des approches centrées sur l’humain et tiennent compte des droits et des valeurs culturelles de différents groupes, notamment les femmes, les enfants, les jeunes et les personnes en situation de handicap.
  • Objectif 5 : Les équipes de la Division HRSD travaillent de manière collective et cohérente, avec efficacité et selon des normes de qualité élevées, dans une démarche visant à obtenir des résultats partagés pour les sociétés océaniennes.

 

Fonctions – Le·La Conseiller·ère en droits de la personne et développement social sera chargé·e d’assurer la gestion du programme « Les Océaniens, acteurs du changement » (PPAC), un programme de micro-subventions et de renforcement des capacités de plaidoyer des organisations de la société civile (OSC) qui travaillent sur les questions liées aux droits de la personne et au développement social ; de piloter les modalités de renforcement des capacités mises en place dans le cadre du PPAC, en supervisant et en organisant des formations et des activités de mentorat à l’intention des bénéficiaires du PPAC ; et de veiller à l’intégration systématique d’une approche centrée sur l’humain dans le cadre du programme PPAC et d’autres activités, le cas échéant.

 

Les principales responsabilités du poste sont les suivantes :

Gérer le programme PPAC

  • Mener des activités de planification régulières et préparer/réviser les plans de travail et les budgets annuels relatifs au programme.
  • Piloter et coordonner les activités quotidiennes menées dans le cadre du programme PPAC et les processus de transition vers la phase de micro-subventions du programme.
  • Piloter le processus de présélection, d’évaluation et d’octroi de subventions et s’occuper de la supervision globale d’au moins deux pays bénéficiaires du programme PPAC.
  • S’assurer que le processus suivi dans le cadre du PPAC et les sous-bénéficiaires du programme respectent les politiques de la CPS relatives aux achats et aux subventions, d’autres politiques pertinentes, ainsi que l’ensemble des politiques et exigences applicables des bailleurs de fonds.
  • Contribuer au suivi-évaluation et à l’apprentissage dans le cadre du programme PPAC, diriger l’élaboration de rapports du PPAC à l’intention des bailleurs de fonds et participer à l’élaboration de rapports généraux de la Division HRSD présentés aux bailleurs, le cas échéant.

Piloter les modalités de renforcement des capacités mises en place dans le cadre du PPAC, en supervisant et en organisant des formations et des activités de mentorat à l’intention des bénéficiaires du PPAC

  • Définir les besoins en matière de renforcement des capacités des bénéficiaires du PPAC.
  • Élaborer et organiser des activités de renforcement des capacités dans les domaines du plaidoyer, des droits de la personne, de l’égalité de genre et de l’inclusion sociale, de l’élaboration de demandes de financement, ainsi que de l’établissement rapports en employant différentes modalités centrées sur l’humain.
  • Superviser les activités de renforcement des capacités menées au titre du programme PPAC et apporter un appui aux agents chargés du programme et à d’autres formateurs participant au programme.
  • Diriger l’adaptation de la démarche de formation et de mentorat afin de garantir que celle-ci reste novatrice et continue de répondre aux besoins des bénéficiaires de subventions.

Veiller à l’intégration systématique d’une approche centrée sur l’humain dans le cadre du programme PPAC et d’autres activités, le cas échéant

  • Veiller à ce qu’une approche centrée sur l’humain soit intégrée dans tous les aspects du renforcement des capacités et de la gestion du PPAC.
  • Fournir une assistance technique aux bénéficiaires du PPAC afin qu’ils appliquent et respectent les engagements en matière de droits de la personne, d’égalité de genre et d’inclusion sociale.
  • Contribuer aux activités générales de la Division HRSD en matière d’intégration systématique d’une approche centrée sur l’humain, le cas échéant.

Assurer la gestion de projets et l’encadrement du personnel

  • Collaborer avec les agents de coordination nationaux, les agents PPAC et d’autres agents dans les pays pour élaborer des projets, des programmes, et des plans de travail et budgets des activités, en assurer le suivi et présenter des rapports en la matière.
  • Superviser les agents PPAC dans au moins deux pays océaniens.

Pour de plus amples informations sur les principales responsabilités du poste, veuillez consulter le descriptif de fonctions en ligne.

 

 

Principaux critères de sélection

 

Qualifications

  • Diplôme universitaire de cycle supérieur en développement, droits de la personne, droit, études de genre, relations internationales ou dans une discipline pertinente en rapport avec les sciences sociales, délivré par une université reconnue, ou licence dans une ou plusieurs de ces disciplines.

Compétences techniques

  • Au moins dix ans d’expérience professionnelle du développement acquise dans le domaine des droits de la personne, de l’égalité de genre, de la mobilisation des OSC et de l’inclusion sociale ou de l’épanouissement de la jeunesse, dont au moins cinq ans en Océanie.
  • Programmation, élaboration, mise en œuvre de plans de travail et élaboration des rapports y afférents.

Compétences linguistiques

  • Excellente maîtrise de l’anglais, à l’oral comme à l’écrit.

Compétences interpersonnelles et sensibilité culturelle

  • Aptitude à travailler dans un environnement multiculturel, inclusif et respectueux de l’équité.

 

 

Traitement et conditions d’emploi

 

Durée du contrat – Ce poste est à pourvoir pour une durée initiale de trois ans ; le premier contrat pourra être renouvelé en fonction des résultats obtenus et de la continuité du financement.

Traitement – Le poste de Conseiller·ère en droits de la personne et développement social se situe dans la classe 11 du barème 2024 des traitements de la CPS, ce qui correspond à un traitement mensuel de départ de 3 091 à 3 864 DTS (droits de tirage spéciaux), soit approximativement entre 9 211 et 11 513 dollars fidjiens (4 111 à 5 138 dollars É.-U. ; 3 831 à 4 789 euros) au taux de change en vigueur. Le montant du traitement proposé à l’entrée en fonctions se situe en principe dans la moitié inférieure de cette fourchette, les qualifications et l’expérience étant dûment prises en compte. La progression au sein de la fourchette salariale dépend ensuite de l’évaluation des résultats annuels. Les agents expatriés de la CPS en poste aux Fidji ne sont pas assujettis à l’impôt sur le revenu. En revanche, les ressortissants fidjiens employés par la CPS aux Fidji en sont redevables.

Avantages dont bénéficie le personnel international en poste aux Fidji – La CPS verse une indemnité mensuelle de logement, d’un montant compris entre 1 350 et 3 000 dollars fidjiens. Pour autant qu’ils remplissent les conditions requises, les agents et les membres de leur famille qui sont à leur charge peuvent prétendre à une indemnité d’installation et de réinstallation, à la prise en charge de leurs frais de déménagement et de leurs voyages en avion, à un voyage pour congé dans les foyers, à une assurance maladie, à une assurance vie et invalidité et à une indemnité pour frais d’études. Les agents bénéficient de 25 jours de congé annuel par an et d’autres types de congés, et peuvent adhérer à la Caisse de prévoyance de la CPS (moyennant une cotisation équivalant à 8 % du traitement brut, la CPS versant une contribution correspondante).

Langues – Les langues de travail officielles de la CPS sont l’anglais et le français.

Principes applicables au recrutement – Le recrutement au sein de la CPS est fondé sur le mérite et l’équité, et les candidatures font l’objet d’un processus de sélection équitable, transparent et non discriminatoire. La CPS respecte le principe de l’égalité des chances et défend la diversité de genre et la diversité culturelle, dont le bilinguisme. Elle s’emploie à attirer et à recruter des personnes respectueuses de ces valeurs. Il est dûment tenu compte des principes d’équité de genre et de la volonté de maintenir une forte représentation d’Océaniens et d’Océaniennes parmi les cadres professionnels. Si le comité de sélection estime, après entretien, ne pas pouvoir départager deux candidatures, la préférence est donnée à un·e Océanien·ne. La confidentialité totale des candidatures est garantie conformément aux dispositions de la Politique de protection des renseignements personnels de la CPS.

 

 

Modalités de candidature

 

Date limite de dépôt des candidatures : 2 juin 2024 à 23 h 59 (heure des Fidji)

Référence du poste : JM000661

 

Les candidatures doivent être déposées en ligne sur le site suivant : https://fr.careers.spc.int/

Les candidatures papier ne seront pas acceptées.

Seuls les dossiers de candidature complets seront pris en considération. Chaque dossier doit contenir :

  • un curriculum vitæ à jour, dans lequel figureront les coordonnées de trois références professionnelles ;
  • une lettre d’accompagnement exposant les compétences, l’expérience et les motivations ; et
  • les réponses à l’ensemble des questions de présélection.

Veillez à fournir tous les documents susmentionnés. À défaut, votre candidature sera jugée incomplète et ne sera pas prise en compte lors de l’étape de présélection. Il n’est pas nécessaire de joindre aux dossiers de candidature des copies de diplômes ou de lettres de recommandation. Toutes les pièces du dossier doivent être jointes au format Microsoft Word ou Adobe PDF.

S’agissant du personnel international en poste aux Fidji, un·e seul·e ressortissant·e étranger·ère par famille peut être employé·e par une entité exerçant ses activités aux Fidji. La CPS peut, au cas par cas, prêter son assistance pour ce qui est de la soumission de demandes au ministère fidjien des Affaires étrangères pour examen et approbation finale. Elle ne peut en aucun cas garantir que les demandes soumises audit ministère aboutiront. Lorsque ces demandes sont approuvées, les conjoints et partenaires sont tenus de se conformer aux conditions que le ministère est susceptible de fixer.

 

La CPS ne fait pas payer l’examen des dossiers de candidature et ne vous demandera jamais vos coordonnées bancaires ou des informations de nature financière dans le cadre de sa procédure de recrutement.

 

Questions de présélection (maximum 2 000 caractères par question) :

  1. La personne titulaire de ce poste est notamment chargée de gérer l’octroi de subventions à des organisations de la société civile dans l’objectif de contribuer aux actions locales de plaidoyer en faveur des droits de la personne. Veuillez décrire les principales étapes d’un cycle de subvention, ainsi que deux ou trois principes fondamentaux que vous pourriez appliquer afin de garantir un processus d’octroi de subventions efficace et porteur d’impact.
  2. Décrivez une expérience au cours de laquelle vous avez veillé à l’adoption d’une approche centrée sur l’humain dans le cadre d’un projet. Comment avez-vous procédé ?

Position Description


Type: Contrat international

Catégorie: Droit de la personne et genre

Identifiant de référence: JM000661

Date d'affichage: 06/05/2024

Rechercher les emplois par catégories (7) Rechercher les emplois par emplacements (2) Tous les types d'emploi (3)